La toile SEPR
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Jean Mône, vitrailliste passionné

Portrait

-

19/10/2016

Jean Mône évolue dans l’univers des vitraux depuis son enfance. Fils de Jöel Mône, créateur de l’atelier Vitrail Saint-Georges, il n’a pourtant ressenti sa vocation que tardivement.

Il s’engage tout d’abord, dans un BTS action commerciale en alternance à Montpellier puis, son diplôme en poche et sur les conseils de son père, propose ses services commerciaux à la Verrerie de Saint-Just. Grâce à ce travail, il découvre des ateliers de vitraux dans toutes la France et en vient à aspirer à une autre forme de réalisation personnelle. C’est dans cette optique qu’il s’inscrit à la SEPR en 2003 pour préparer un CAP de vitrailliste et réalise son alternance au Vitrail Saint-Georges.

Ses années d’apprentissage lui apparaissent comme privilégiées, le suivi presque personnalisé et les effectifs réduits sont autant d’avantages. L’apprentissage est selon lui, le meilleur moyen de poursuivre des études tout en ayant un pied dans le monde professionnel. De la SEPR, le meilleur souvenir qu’il garde, est le lien privilégié qu’il entretenait avec deux professeurs. Professeurs qu’il retrouve aujourd’hui car outre la formation des apprentis qu’il accueille, il est devenu président du jury pour le CAP technique du verre option vitrail. Quant à l’atelier Vitrail Saint-George, il est devenu centre d’examen de l’Education nationale.

Jean Mône a repris l’atelier Vitrail Saint-Georges, labellisé « Entreprise du Patrimoine Vivant », en 2011 afin que son père puisse se consacrer à ses créations. Loin de s’arrêter là, il a débuté en même temps un Master en gestion et stratégie d’entreprise à l’EM Lyon. Pour lui, la notion de plaisir est une composante importante dans un métier, bien qu’elle ne soit pas la seule et qu’elle doive être conciliée avec des aspects plus rébarbatifs. 

Jean a aujourd’hui de grands projets pour son activité. Actuellement, Vitrail Saint Georges est le 8ème atelier de France et compte 10 employés qui gravitent autour de nombreux savoir-faire : vitrail, ferronnerie, miroiterie, dorure, gestion de la lumière… Jean souhaiterait initier un développement axé sur l’international et est pour cela accompagné par la Fondation Ernst&Young. 

L’activité principale de l’atelier repose encore traditionnellement sur la restauration et la transmission du patrimoine, cependant, Jean Mône s’inscrit aussi dans une dynamique plus contemporaine. Il considère que la faiblesse des métiers d’arts ne tient pas à un défaut de technicité, mais à la communication qui en est faite et donc à la perception qu’en a le public.

 « Aujourd'hui les esprits s'élargissent et comprennent que le vitrail est une technique au service de l'art »

Photographies (c) Théo Viallard
 

398 vues Visites

1 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

Yolaine Romeuf : La Fée Galipette

User profile picture

Louis Beaugé

03 décembre

Portrait

Hugo Millet, graffeur : « Aller à fond dans ce qui nous passionne. »

User profile picture

Louis Beaugé

25 octobre

Portrait

Benoit Dargaud, entrepreneur : "Il faut ouvrir le champ des possibles"

User profile picture

Alice JOUNEAU

23 avril