La toile SEPR
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Joseph Aimar, Meilleur ouvrier de France

Portrait

-

11/05/2016



Originaire du petit village de Biot dans le sud, à 12 ans Joseph commence à aider un parent dans sa pâtisserie. Plus tard, il hésite entre trois métiers qu’il apprécie pour leur qualité artistique : la coiffure pour dame, la verrerie et la pâtisserie.

Lors d’un voyage, il découvre Lyon et s’inscrit en pâtisserie en 1958 trouvant rapidement un patron.

Joseph apprend son métier chez un Meilleur ouvrier de France où en plus de la pâtisserie, il apprend la glacerie, la présentation élaborée, les coupes glacées. Ce n’était pas un métier facile : avec 60 heures par semaine, il travaillait le samedi et le dimanche, avec un jour de repos le lundi. C’est donc le lundi qu’il suivait les cours à la SEPR, place des Jacobins et puis rue Sala. Après 4 années d’apprentissage, Joseph est récompensé pour ses aptitudes car il arrive 2e dans le Rhône lors de son examen du CAP.

À cette époque, Joseph commence à travailler avec le sucre d’art et la glace sculptée car il est passionné par les créations en sucre soufflé et en pastillage qui sont exposés dans les vitrines de pâtissiers le 8 décembre.

Attiré par l’enseignement, Joseph Aimar donne des cours de technologie pendant 13 ans : d'abord à la SEPR dès 1972, puis au CFA Rabelais où les cours de la SEPR ont été transférés à partir de 1975. En même temps, il prépare le concours de Meilleur ouvrier de France qu’il obtient en 1976 après trois années de préparation, pour son travail sur du chocolat, de la glace et le sucre.

« Quand on obtient le titre de Meilleur ouvrier de France, on est un peu le gardien de ce qui se faisait avant ; tout en exerçant dans le présent, il faut aller vers le futur ».

En 1987, avec sa femme Anik il crée une entreprise dans les Monts d’Or lyonnais et gère pendant une vingtaine d’années cette pâtisserie, chocolaterie, salon de thé et service de traiteur. 18 apprentis en CAP et 3 apprentis en Bac pro sont formés et accompagnés au sein de cette entreprise par Joseph Aimar avec le soutien constant de sa femme.

En plus des jeunes apprentis, il a accompagné des équipes étrangères à la Coupe du monde de pâtisserie au salon SIRHA, il a formé des apprenants au Japon et en Israël, et il initie aujourd’hui en tant que bénévole les adolescents de 11 à 14 ans aux métiers de pâtisserie à la Fondation Paul Bocuse.

« Quand on a acquis une certaine notoriété et une expérience, il faut les partager pour faire connaître ce que l’on sait faire et faire naître des vocations. Ça nous amène aussi à faire de belles découvertes. Les jeunes apportent beaucoup dans cet échange. »

331 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

Benoit Dargaud, entrepreneur : "Il faut ouvrir le champ des possibles"

User profile picture

Alice JOUNEAU

23 avril

Portrait

Océane Avakian, le portrait d'une jeune femme entrepreneur

MG

Maïna GAMESS

24 janvier

Portrait

Stéphanie Bedda : oser se lancer de nouveaux défis

MG

Maïna GAMESS

12 novembre