La toile SEPR
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Sylvie Donatellis, Meilleur Ouvrier de France en esthétique

Portrait

-

30/01/2017

Sylvie Donatellis a toujours été attirée par les métier de l’esthétique, mais sa première vocation était la photographie. Attachée au développement des photos à l’ancienne en chambre noire, elle a vécu l’arrivée du numérique comme une désillusion et a décidé de se tourner vers l’esthétique. Suite à des stages en classe de seconde, elle tombe véritablement amoureuse de la profession et notamment de l’aspect cocooning et prise en charge de la personne. « Le monde actuel va tellement vite que la possibilité de faire une parenthèse et de prendre un instant pour soi est un moment à part entre l’esthéticienne et la cliente ». Donner du bonheur et apporter le bien-être est ce qui l’a séduite dès le départ, plus encore que la mise en beauté. Le côté humain est pour elle essentiel dans son métier. 

Suite aux stages qu’elle réalise en seconde, Sylvie s’inscrit à la SEPR en 1997 pour suivre un CAP esthétique qu’elle obtient en 1999. A l’époque, elle ne souhaitait pas rester à l’école et voulait apprendre son métier en travaillant, ce qui l’a poussée à faire le choix de l’alternance. Elle commence ses cours avec Nadine Bernardin et a une révélation, tout la passionne.  La recherche d’un maître d’apprentissage s’avère plus compliquée, elle finit par en trouver un à Beynost. Les trajets quotidiens mettent à l’épreuve sa motivation, mais sa chance est de rencontrer un maître d’apprentissage qui lui fait réellement confiance. Grâce à cette expérience Sylvie acquière de l’assurance et l’envie d’élargir ses connaissances. Elle garde un très bon souvenir de son apprentissage et de ses professeurs. « Ce sont des personnes qui s’intéressent à leurs élèves, qui les poussent à devenir quelqu’un, à devenir professionnel. »

En 2008, elle débute un BP esthétique à l’école Peyrefitte en alternance dans un institut-parfumerie. Cette expérience lui permet ensuite de travailler quelques mois en parfumerie, avant de se mettre à son compte en 2002, à l’âge de 21 ans. Son jeune âge lui cause quelques difficultés, elle met 8 mois à monter son projet et à rassurer la méfiance des banques. 

Pendant 8 ans elle tient son salon à Lyon 7ème et prend une apprentie qu’elle forme pendant 2 ans avant de l’embaucher. Pour Sylvie, la gestion de son entreprise a été une expérience fabuleuse et enrichissante, mais aussi difficile. « J’ai toujours eu à cœur de donner le meilleur à mes clientes, car j’estime qu’une personne qui vient faire un soin dans un institut doit repartir avec un sourire et une satisfaction à 100%. »

En 2005, Sylvie s’inscrit au concours de Meilleur Ouvrier de France en esthétique-cosmétique et art du maquillage. Ce concours récompense l’excellence, mais aussi l’innovation, ce qui implique des heures d’entrainement et de formation. Elle y a d’ailleurs présenté un massage amincissant russe, peu pratiqué en France. Elle obtient le titre en novembre 2007 au prix de gros sacrifices et d’un travail titanesque. Cette consécration, ne signifiait pas pour elle la fin, mais le début d’une nouvelle aventure. 

En 2010, Sylvie a envie de changer et de transmettre son savoir. Elle décide de vendre son salon et devient formatrice itinérante dans le domaine de la minceur et de l’anti-âge pour la marque LPG Systems. 

Photographie ©Léa Bugnet

1704 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

Benoit Dargaud, entrepreneur : "Il faut ouvrir le champ des possibles"

User profile picture

Alice JOUNEAU

23 avril

Portrait

Océane Avakian, le portrait d'une jeune femme entrepreneur

MG

Maïna GAMESS

24 janvier

Portrait

Stéphanie Bedda : oser se lancer de nouveaux défis

MG

Maïna GAMESS

12 novembre