La toile SEPR
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Yolaine Romeuf : La Fée Galipette

Portrait

-

03/12/2019

L’intérêt de Yolaine pour les activités manuelles remonte à loin : « À 14 ans je réalisais des poupées en pâte à sel et les vendais sur des marchés. ». Elle décide de s’orienter vers un CAP Bijouterie. Elle postule dans plusieurs villes mais choisit finalement la proximité géographique. Ce sera donc Lyon, à la SEPR. Elle n’a pas été déçue : « C’est une chance d’avoir fait mes études ici. C’est tout un réseau qui se crée. »

« À l’époque [en 1999, NDLR] il n’y avait pas d’intervenants professionnels et je trouve qu’on n’était pas toujours en phase avec la réalité de la profession. On ne nous préparait pas forcément au métier tel qu’il était. Ce qui est génial c’est que maintenant il y en a de plus en plus qui donnent des cours. C’est très important pour les étudiants. »

Son CAP en poche, Yolaine complète sa formation avec un BMA − Brevet des Métiers d’Arts - au lycée Amblard à Valence pour travailler ensuite dans des ateliers de joaillerie lyonnais. 

Yolaine aime se lancer des défis. Elle participe à un premier concours où elle obtient le 2ème prix de la SEMA des métiers de la création de Lorraine et elle participe à second concours des trophées Printor. C’est ainsi qu’elle décide de lancer sa propre entreprise. Après 2 ans de préparation, une formation de 6 mois en création d’entreprise et une formation autodidacte à la CAO à l’usinage numérique : La Fée Galipette est née. Elle propose une ligne de bijoux pour enfants, constituée de médailles de naissance et de baptême, des produits personnalisés, avec toujours un souci sur la provenance de sa matière première.

Elle avait installé son atelier au Bel Air Camp à Villeurbanne quand un incendie s’y est produit le 8 octobre. Une grande partie des bâtiments ont brulés mais l’atelier de Yolaine n’a pas été touché. Il lui fallait cependant déménager dans la semaine. La SEPR lui a proposé de l’accueillir le temps des travaux. Elle devrait d’ici quelques mois pouvoir réintégrer « un Bel Air Camp 2.0 », et c’est tout ce qu’on lui souhaite !

De nouveau à la SEPR, Yolaine en profite pour renouer des liens et partager son expérience. Les élèves peuvent visiter son atelier et échanger avec une bijoutière professionnelle.

Son conseil: « Il faut être passionné. On arrive toujours à s’en sortir si on fait un métier qui nous plait »


Vous pouvez retrouver La Fée Galipette sur son site : https://www.lafeegalipette.com


66 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

Hugo Millet, graffeur : « Aller à fond dans ce qui nous passionne. »

User profile picture

Louis Beaugé

25 octobre

Portrait

Benoit Dargaud, entrepreneur : "Il faut ouvrir le champ des possibles"

User profile picture

Alice JOUNEAU

23 avril

Portrait

Océane Avakian, le portrait d'une jeune femme entrepreneur

MG

Maïna GAMESS

24 janvier